Je souhaite être rappelé

Les différentes statistiques sur l’utilisation de l’énergie solaire en France

La filière solaire poursuit son développement en France. Aujourd’hui, elle constitue la troisième énergie renouvelable la plus utilisée dans l’Hexagone. Ce système attire particulièrement les exploitants agricoles, les entreprises et les propriétaires fonciers. Malgré quelques retards, les avancées sont notables. Pour y voir plus clair, voici quelques chiffres clés reflétant la position de l’énergie solaire en France.

Nous sommes joignables au 07.83.77.79.27
Contactez-nous par mail : contact@colibri.solar
L’énergie solaire produit environ 2% de l’électricité consommée en France

L’énergie solaire produit environ 2% de l’électricité consommée en France

Les Français utilisent divers systèmes pour la production d’électricité en France. Outre les énergies fossiles, les sources renouvelables ont le vent de poupe.

Toutefois, pour l’heure, les centrales nucléaires produisent une grande partie de l’énergie utilisée. En 2019, encore 70,6% de l’électricité consommée en France métropolitaine provenaient de ces systèmes.

L’énergie solaire se développe peu à peu en parallèle, bien que sa proportion reste faible. En 2019, 2,2% de l’électricité produite dans l’Hexagone découlait des panneaux photovoltaïques. Elle se trouve derrière l’éolienne (6,3% de la production électrique), mais devant la biomasse (1,8%).

Pour l’État, l’objectif est d’augmenter à 32% la part des énergies renouvelables à horizon 2030. Il vise également à réduire à 50% la part du nucléaire pour la production électrique. Bien entendu, le développement de l’énergie solaire est l’un des moyens pour y parvenir.

Les avantages de l’énergie solaire

L’énergie solaire a l’avantage d’être gratuite et inépuisable. De plus, il s’agit d’une ressource propre n’émettant pas de gaz à effet de serre.

Les professionnels ont la possibilité de tirer profit de l’énergie fournie par le soleil. Ils utilisent, à cet effet, des panneaux solaires thermiques ou photovoltaïques. Ces dispositifs s’installent sur la toiture, la façade d’un immeuble ou les abris de voitures.

En tant que, producteur d’énergie solaire, nous serons ravi de répondre à vos questions et de vous accompagner dans votre projet photovoltaïque.

Une augmentation de la production d’électricité photovoltaïque d’année en année

Selon les statistiques du premier trimestre de 2020, l’énergie solaire attirerait davantage de consommateurs en France. Une augmentation de 3% a été observée par rapport à la même période en 2019.

Concrètement, sur les trois premiers mois de 2020, 2,3 Térawattheures d’électricité ont été produits à partir de l’énergie solaire en France. La nouvelle puissance raccordée s’élève à 182  Mégawatts sur le premier trimestre de 2020, contre 170 Mégawatts pour la même période en 2019. Ceci porte à 10 072 Mégawatts la puissance du parc photovoltaïque en France, avec 9 490 Mégawatts installés en région métropolitaine.

Les installations de plus de 250 Kilowatts représentent 41% de la puissance nouvellement raccordée. Pourtant, elles ne représentent que 1% des installations récentes.

Les dispositifs d’une puissance inférieure à 9 Kilowatts en comptent, pour leur part, 12% contre 85% des nouvelles unités raccordées.

Une progression notable de la filière solaire dans le sud de la France

L’énergie solaire évolue différemment d’une région à une autre. Elle se développe notamment dans le sud de la France métropolitaine.

67% de la nouvelle puissance raccordée dans le Sud

La région Auvergne-Rhône-Alpes détient le record sur les trois premiers mois de 2020 avec 75 623 nouvelles installations. Elle est suivie par l’Occitanie comptant 69 898 nouvelles installations, et la Nouvelle-Aquitaine avec 65 914 nouveaux panneaux solaires.

Les régions du Sud détiennent ainsi une bonne partie des installations d’énergie solaire en France. 67% de la nouvelle puissance raccordée se concentrent en Auvergne-Rhône-Alpes, en Occitanie, en Nouvelle-Aquitaine et en Provence Côte d’Azur. Ces dernières regroupent 70% de la totalité de la puissance raccordée en France.

Un ensoleillement favorable à la filière solaire

Le développement de l’énergie solaire dans les régions du Sud s’explique par un ensoleillement favorable à la production. Sur place, les exploitants peuvent obtenir 5 Kilowattheures d’énergie solaire par mètre carré par jour en été. En hiver, leur production s’élève à 2,4 Kilowattheures par mètre carré par jour.

L’ensoleillement diminue progressivement en allant vers le Nord. Ceci dit, les installations solaires ne sont pas réservées aux régions du Sud. Les habitants des régions du Nord peuvent parfaitement les exploiter et produire une énergie suffisante pour leur consommation.

La France en retard sur la production d’énergie électrique solaire par rapport aux pays voisins

La France en retard sur la production d’énergie électrique solaire par rapport aux pays voisins

Afin de soutenir la transition énergétique, les politiques et les aides financières se multiplient dans l’Hexagone. Néanmoins, la France a du retard comparé à ses voisins comme l’Espagne.

Ce pays affiche +4,7 Gigawatts de puissance nouvellement raccordée. L’Allemagne, quant à elle, réalise 4 Gigawatts de plus contre +2,5 Gigawatts pour les Pays-Bas. Pourtant, la croissance se limite à 1,1 Gigawatt de puissance nouvellement raccordée pour l’énergie solaire en France.

Un potentiel encore peu exploité

En 2019, 380 Térawattheures de l’électricité générée en France provenaient des centrales nucléaires. 11,6 Térawattheures étaient issus de la production solaire. Néanmoins, le pays dispose du potentiel nécessaire pour augmenter ce chiffre.

La France se trouve en effet parmi les pays les plus ensoleillés de l’Europe. Dans le sud, elle peut recevoir jusqu’à 1 700 Kilowattheures d’énergie solaire par mètre carré par heure. Au nord, ce chiffre est porté à  environ 1 100 Kilowattheures par mètre carré par heure.

Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie), il reste 364 Gigawatts de surface encore inexploités sur la toiture. Au sol, 775 Gigawatts pourraient encore être utilisés. À ceux-ci s’ajoutent les parkings et les zones délaissées telles que les localités polluées ou les friches. Ils représentent 53 Gigawatts de gisements encore inutilisés.